Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bureau de Janua

Pour l'année 2015/2016 :


Présidente : Mélanie RIVEAULT

Secrétaire : Sarah CASANO

Secrétaire adjoint : Alexandre NOGUERA

Trésorière : Caroline LAMBERT

 

Recherche

Contactez-nous !

Inscrivez-vous à notre Newsletter pour être tenu au courant des dernières infos.

Avis

association.janua@gmail.com

Envie de publier des articles, photos, etc. sur notre blog? N'hésitez pas à nous les envoyer, nous les mettrons en ligne avec grand plaisir! 

 

6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 14:59

LES INSTRUMENTS DE POUVOIR

 

Date de la rencontre : Jeudi 7 avril 2016

 

Lieu de la rencontre : CESCM, Salle Crozet (24, rue de de la Chaîne, 86000 Poitiers)

 

Durée des communications : 20 à 30 minutes

 

Janua, association des étudiants en Masters et doctorants de l’Université de Poitiers, des spécialités antique et médiévale rattachés respectivement aux laboratoires HeRMA et CESCM, organise le 7 avril prochain une journée d’étude consacrée aux jeunes chercheurs (étudiants en Master Recherche, doctorants, docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans). À cette occasion, ces derniers, spécialisés dans l’étude des civilisations antique et médiévale, auront l'opportunité de présenter leurs travaux. Pour ce faire, ils devront s’attacher à respecter la thématique de l’édition 2016, étant d’aspect interdisciplinaire et méthodologique pour laisser place au dialogue. Le thème choisi est celui des instruments de pouvoir.

 

         Le pouvoir. On le définira tantôt par les « capacité, autorité, puissance, moyen d'action que détient une personne sur quelqu'un ou sur quelque chose », par la « situation de ceux qui gouvernent », par la « puissance qui gouverne un groupe d'individus » ou encore par l’ « autorité à laquelle est soumis un groupe social ». Multiples sont donc ses définitions. Le pouvoir est résolument subjectif : il peut être décliné sous différentes formes et être exercé par différents acteurs. Mais il est aussi universel. Entendu au sens large, il est une autorité qui s’applique à toute échelle – laïque, mais également religieuse. Ceci devrait permettre une diversité dans les communications amenant à des échanges et réflexions fructueux.

         Pourquoi se focaliser sur les instruments de pouvoirs ? Ils sont les témoins d'un pouvoir passé. C'est à travers eux que nous pouvons, en tant que chercheurs, tenter de comprendre les autorités du passé. De plus, ces outils touchent toutes les disciplines et toutes les périodes de l'histoire. Ils sont fédérateurs. Ils peuvent revêtir de multiples formes : du plus monumental (châteaux forts, cathédrales, murailles), au plus minimaliste (pièces de monnaies, anneaux, sceaux) ; du plus singulier (peintures, sculptures, vitraux) au plus ordinaire (épées, crosses, pierres tombales). Cette multiplicité de formes qu’incarnent les instruments de pouvoir offre un large éventail de possibilités de propositions de communication, touchant tous les domaines d’étude.

 

         Nous proposons de nous interroger sur ces objets en tant qu'acteurs de l'installation, mais également du maintien, et, parfois, du renforcement d'une autorité. Nous nous intéresserons à leur nature, leurs utilisations, leurs enjeux et leurs impacts. À partir de ces instruments, nous nous interrogerons sur la façon dont était représenté, exprimé ou exercé le pouvoir. Pour un intérêt plus méthodologique, nous nous intéresserons également à la manière, dont aujourd'hui, nous pouvons, en tant que chercheurs, percevoir et comprendre ces outils du pouvoir. Comment pouvons nous les étudier et les critiquer ? Pour ensuite s’attacher à ce que ces instruments nous apprennent sur l’exercice du pouvoir dans les sociétés antique et médiévale et, finalement, sur les détenteurs mêmes du pouvoir. La multiplicité des pouvoirs pourra également être étudiée. On s’intéressera aux divergences et similitudes entre les différents modes d’exercice de pouvoir, à leurs échanges mais aussi à leur imperméabilité, leur limite et leur expansion.

 

         En fonction de leur discipline et de leurs thématiques de recherche, les intervenants sont invités à exposer leurs conceptions et usages des instruments de pouvoir. Ils auront, en outre, l’opportunité d’échanger avec des chercheurs issus d’autres spécialités, afin que chacun puisse enrichir ses réflexions méthodologiques et développer ses connaissances.

 

         Tout jeune chercheur spécialisé dans l’étude des civilisations antique et médiévale peut faire une proposition de communication. Les contributions réalisées lors de cette journée ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua (http://annalesdejanua.edel.univ-poitiers.fr/). Les propositions de communication peuvent être rédigées en français ou anglais et sont à envoyer à l’adresse association.janua@gmail.com sous la forme d’un résumé/abstract d’environ 250 mots avant le vendredi 5 février 2016 (inclus) ; elles doivent être accompagnées d’un curriculum vitae.

 

 

Comité scientifique :

Martin Aurell (Professeur d'Histoire médiévale)

Nadine Dieudonné-Glad (Professeure d’Archéologie antique)

Laurent Hablot (Maître de conférence en Histoire médiévale)

Estelle Ingrand-Varenne (Ingénieure d'études au CNRS, Histoire médiévale)

Yves Lafond (Professeur d’Histoire grecque)

Vincent Michel (Maître de conférences en Histoire de l'art et Archéologie antique)

Nicolas Prouteau (Maître de conférences en Archéologie médiévale)

Ghislaine Stouder (Maître de conférence en Histoire romaine)

Repost 0
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 16:58
Appel à contribution pour Perspectives médiévales

Appel à contribution pour Perspectives médiévales, n°38.

Thème : Texte et image au Moyen Âge. Nouvelles perspectives critiques.

Les propositions d'articles sont à fournir avant le 15 février 2016.

Pour plus d'informations : http://peme.revues.org/9486

Repost 0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 14:49
Association des Jeunes Chercheurs en Histoire

Appel à Communication : Journée d'études de l'Association des Jeunes Chercheurs en Histoire - "Faux, forgeries, contrefaçons".
Date : 27 mai 2016. Lieu : Nantes.

Date limite de réponse à l'appel : 15 janvier 2016.

N.B. : N'hésitez pas à parcourir les pages du site internet de cette association très active!

Repost 0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 07:46

Humanités numériques

Enjeux méthodologiques et pratiques du développement des outils numériques pour l'étude des sociétés antiques et médiévales

 

 

Date de la rencontre : jeudi 2 avril 2015

Lieu de la rencontre : Université de Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts

Durée des communications : 20 à 30 minutes

 

Janua, l’association des étudiants en master et doctorat des laboratoires CESCM et HeRMA (Université de Poitiers) organisera en avril prochain une journée d’étude offrant aux jeunes chercheurs (étudiants en master recherche, doctorants, docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans) spécialisés dans l’étude des civilisations antiques et médiévales l’opportunité de parler de leurs travaux. La thématique proposée pour l’édition 2015 de la rencontre est, comme chaque année, résolument méthodologique, afin de favoriser le dialogue transdisciplinaire entre les périodes, raison d’être de notre association.

 

Oxymore pour certains, révolution pour d’autres, « humanités numériques » est une formule à la mode que le chercheur en sciences humaines rencontre de plus en plus fréquemment. La signification exacte de cette expression reste pourtant floue et il semble même impossible d’en donner une définition générale tant les humanités numériques dépendent des pratiques, des disciplines et des sujets traités. Il est bien plus facile de percevoir leur impact, qui est capital. La création, le développement et la généralisation de l’usage de divers outils numériques pour faciliter le stockage et la gestion des données, garantir l’accessibilité et la visibilité des sources ou encore simplifier les modalités de diffusion et donc de valorisation des contenus, ont durablement modifié la méthodologie de la recherche en sciences humaines. L’usage de ces nouveaux instruments de travail (bases de données, textométrie, cartographie, encodage, etc.) est devenu aujourd’hui, au même titre que d’autres pratiques plus traditionnelles, une partie fondamentale du quotidien du chercheur. Le chercheur en devenir ne peut donc l’ignorer et semble même, plus que tout autre, appelé à prendre part au tournant digital : plus qu’un simple utilisateur de ces outils, il est, ou sera amené à les développer et à en créer de nouveaux.

 

Comment les jeunes chercheurs s’insèrent-ils dans le grand champ des digital humanities ; quelle place les outils numériques ont-ils dans leurs méthodes et pratiques de recherche, quelles transformations ont-ils permis et quelles perspectives offrent-ils ?

Comment cette modification de l’approche des sciences humaines se manifeste-t-elle concrètement ; quels sont les outils disponibles, comment fonctionnent-ils et qu’apportent-ils réellement ?

Quelles sont les éventuelles limites de ces pratiques, comment éviter de tomber dans les travers du numérique pour le numérique ; quelle peut être la pérennité de ces nouveaux supports face à l’évolution rapide et éparse des outils disponibles ?

Les intervenants sont invités à parler de leurs conceptions et usages du numérique en fonction de leur discipline et de leurs thématiques de recherche, et auront l’opportunité d’échanger avec des chercheurs issus d’autres spécialités lors de discussions, afin que chacun puisse, par le partage d’expériences, enrichir ses réflexions méthodologiques et développer ses connaissances techniques.

 

Tout jeune chercheur spécialisé dans l’étude des civilisations antiques et médiévales peut faire une proposition de communication. Les contributions réalisées lors de cette journée ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua (http://annalesdejanua.edel.univ-poitiers.fr/). Les propositions de communication peuvent être rédigées en français ou anglais et sont à envoyer à l’adresse association.janua@gmail.com sous la forme d’un résumé/abstract d’environ 250 caractères avant le vendredi 6 février 2015 (inclus) ; elles doivent être accompagnées d’un curriculum vitae.

 

Comité scientifique :


Nadine Dieudonné-Glad (Professeure d’Archéologie antique)

Estelle Ingrand-Varenne (Ingénieure d'études au CNRS, Histoire médiévale)             

Yves Lafond (Professeur d’Histoire grecque)

Stephen Morrison (Professeur de Lettres médiévales)

Nicolas Prouteau (Maître de conférences en Archéologie médiévale)

Nicolas Tran (Professeur d’Histoire romaine)

Cécile Treffort (Professeure d’Histoire médiévale)

Alexandre Vincent (Maître de conférences en Histoire romaine)

 

Repost 0
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 09:08

 

Anthropologie nature progr Page 1

 

 

Argumentaire

 

L’anthropologie historique constitue, depuis le milieu des années 1970, l’un des secteurs de recherche les plus dynamiques de la discipline histoire. D’abord centrée sur les périodes médiévale (dans le sillage de Jacques Le Goff et Jean-Claude Schmitt) et antique (à la suite de Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet), cette réorganisation des problématiques au prisme d’une ethnologie du passé s’est ensuite étendue à toutes les périodes. Les manières de faire, les façons de manger, les modes de gouvernement, les rituels religieux et politiques ont fait l’objet d’analyses serrées et de comparaisons fructueuses. Parallèlement, l’anthropologie, après une période post-structuraliste dans laquelle la fragmentation en terrains disjoints a pris le pas sur les recherches à visée plus globale, s’est –en partie- réorganisée autour des questions d’arrangements entre nature et culture. Le livre de Philippe Descola, Par delà nature et culture, paru en 2005, constitue une sorte de marqueur historiographique puissant de cette reconfiguration des questionnements.

En proposant cette journée d’études très exploratoire, nous voudrions pointer les zones d’ombre, les espaces interstitiels entre ces grands domaines de recherche. Car si les travaux ne manquent pas sur l’histoire de la nature (comme le montre le dernier numéro de la revue Dix-huitième siècle), l’histoire des animaux (dans la lignée de Robert Delort) ou l’histoire de l’environnement, les investigations nous semblent moins nombreuses sur les implications proprement anthropologiques du rapport de l’homme à la nature. Les recherches anthropologiques, quant à elles, supposent une chronologie relativement plane qui voit tout l’Occident ramené, depuis l’époque moderne, au principe d’une ontologie naturaliste faisant de la césure entre l’homme et son environnement le point de rupture essentiel. Il y a, dans l’entre-deux de ces questionnements, matière à approfondir les thématiques, à redéployer des chronotopes plus amples, à diversifier les angles de vue.

Nous avons mobilisé, lors de cette journée d'études, les équipes du CRIHAM et d’HERMA (mais aussi d’autres laboratoires en France investis dans l’anthropologie historique) afin de tenter une première synthèse exploratoire et multipériodique. Sur un mode très libre d’intervention (études de cas, développements théoriques, balisage historiographique), il s’agirait de croiser les interrogations sur la méthodologie (quelles sources pour une anthropologie historique de la nature ?), les programmes heuristiques (quelle anthropologie historique ? Quelle notion de nature ?), les cadres d’intellection renouvelés (Existe-t-il d’autres ontologies en Occident que le naturalisme ?) et les terrains potentiels de recherche (les rites, les pratiques de savoirs…).

 

 

 

 

 

Programme - (Poitiers, Hôtel Fumé, amphithéâtre Bardon)



9h / 12h : MATINEE

 

 

9h : Accueil

 

9h30 /10h :

Jérôme Lamy - Université de Versaille Saint-Quentin / CRIHAM) et

Romain Roy - Université de Poitiers / HeRMA :

Introduction – L’anthropologie historique de la nature, enjeux et perspectives

 

10h / 10h30 :

Claude Calame - EHESS / AnHIMA :

Ce que la phusis grecque fait à l'opposition structurale "nature vs culture

 

10h 30 / 11h :

François Clément - Université de Nantes :

La crise de subsistance des années 750-755 dans la péninsule Ibérique

 

11h30 / 12h :

Florent Coste - Université de Dijon / CPTC :

Le bon Berger, entre Nature et Politique : réflexions sur la pastorale et le pastoralisme

 

 

 

14h / 16h30 : APRES-MIDI

 

 

14h / 14h30 :

Edina Bozoky - Université de Poitiers / CESCM :

Les traces et empreintes des saints et des reliques dans les légendes hagiographiques médiévales

 

14h 30 / 15h :

Olivier Gaudin - Université de Poitiers :

L’anthropologie historique d’un point de vue pragmatiste : les postulats naturalistes de l’« enquête historique » chez John Dewey

 

15h / 15h30 :

Alexis Vrignon - Université de Poitiers / CRIHAM :

Anthropologie politique de la nature chez les écologistes des années 70

 

15h 30 :

Discussion générale :

L’anthropologie historique de la nature : quelles méthodes, quels concepts, quelles pratiques ?

Repost 0
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 09:42

 

Journée d'études des doctorants du CRIHAM

Vendredi 14 mars – Hôtel Fumé, Poitiers

 

 

unnamed

 

 

Matinée (9h-12h) – Amphi Descartes

 

Séance 1 : l'art de la guerre, le conflit représenté

 

 

1. Claire GARCIA (docteure Histoire de l'Art, chargée de TD à l'Ecole du Louvre) : "les "poilus frénétiques", le poilu dans tous ses états".

 

2. Julien LALU (doctorant Histoire contemporaine CRIHAM): "Représenter la Première guerre mondiale dans l'art vidéoludique : entre absence et uchronie".

 

3. Matthieu WEISSER (doctorant Musicologie CRIHAM) : "Guerre et héroïsme dans le jeu vidéo, le contre-pied de Spec Ops : The Line".

 

 

 

Séance 2 : Au service du pouvoir, en lutte contre les pouvoirs

 

4. Emmanuel FAURE-CARRICABURU (docteur Histoire de l'art, chargé de cours à Paris-VIII) : "Le pouvoir dans l’art : l’organisation institutionnelle de l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture".

 

 

 

Après-midi (14h-17h) – salle 103

 

5. Benoït SANCE (doctorant Histoire moderne CRIHAM) : "Regards sur le général baron Louis Monnet de Lorbeau (1766-1819)".

 

6. Loris CHAVANETTE (ATER Histoire du droit): Les Iambes d'André Chénier

 

7. Harold HINSINGER (doctorant Histoire de l'Art Paris-IV) : « The representation of politics/the politics of representation : du rôle de l'artiste dans l'Angleterre des années 1970 ».

 

8. Frédéric LE GOURIEREC (MCF Langue et civilisation chinoises, Univ. Poitiers), "Règles du jeu et dessous des cartes : parties jouées en Chine entre « l’Art et le Pouvoir »".

Repost 0
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 12:49

 

 

Noyon, théâtre du Chevalet, 27-29 mars 2014


Colloque international organisé par le GRPM, en partenariat avec le Centre d’Études Médiévales de Montpellier (CEMM, EA 4583), l’IRPA (Institut royal du patrimoine artistique, Bruxelles), la Ville de Noyon, la Société Historique, Archéologique et Scientifique de Noyon, l’Office du Tourisme de Noyon et l’association des amis du musée du Noyonnais.


Programme et bulletin d’inscription : voir sur http://org.kikirpa.be/noyon/


La peinture monumentale est une des formes d’art dont l’étude est potentiellement la plus dynamique. Souvent cachées sous des couches de badigeons, masquées par des aménagements postérieurs ou oubliées dans des lieux peu accessibles, les peintures monumentales réapparaissent tous les jours au gré de travaux d’entretien et de restauration ou sont révélées grâce à des études. Le corpus des peintures murales évolue donc en permanence, enrichissant notre patrimoine et renouvelant nos connaissances, mais chaque nouveau chantier de mise au jour génère des questions, amène à faire des choix et nécessite un budget spécifique.

 

Un premier colloque autour de ce thème avait été organisé en 1994 à Saint-Savin-sur-Gartempe par le Centre international d’Art mural (CIAM). Vingt ans après, le Groupe de Recherches sur la Peinture murale (GRPM : www.grpm.asso.fr), en partenariat avec le Centre d’Études médiévales de Montpellier (CEMM-EA 4583), propose de dresser un nouveau bilan et douvrir des perspectives de recherche et de valorisation.


Cette manifestation se déroulera en Picardie, dont la richesse en peintures murales gothiques a été révélée par des études récentes. La Ville de Noyon (Oise), ville d’Art et d’Histoire, accueillera ces Rencontres, avec le soutien du Conseil régional de Picardie, de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC), de la Société historique, archéologique et scientifique de Noyon, l’Association des amis du musée du Noyonnais et de l’Office de tourisme de Noyon. L’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA, Bruxelles) soutient également cette manifestation.
Les intervenants – historiens de l’art, conservateurs-restaurateurs, archéologues, architectes et tous les acteurs de la conservation du patrimoine – présenteront des communications et confronteront leurs expériences autour des circonstances des découvertes, des pratiques et des politiques mises en œuvre et de la médiation culturelle sur le sujet.


Le programme s’articule autour de quatre axes :
- La Picardie : une nouvelle richesse
- La polychromie architecturale : une problématique renouvelée
- Bilans et méthodes
- Bilans thématiques
Deux tables rondes permettront de croiser les regards autour d’autres réflexions :
- Le chantier, pratique et législation
- La réception du chantier : de la connaissance à la médiation


Bienvenue à tous les spécialistes de la peinture monumentale et les amateurs d’histoire et de patrimoine local ou pictural !


Programme détaillé :  programme.pdf

Repost 0
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 12:17

RÉSUMÉ

L’Association des Doctorants en Sciences Humaines et Sociales de Tours (ADSHS) en collaboration avec l'Université François Rabelais, l'École Doctorale SHS de Tours, le CESR et la MSH de Tours, propose, dans le cadre d'une journée thématique, de réfléchir sur les enjeux historiographiques et épistémologiques des circulations et des échanges en Europe entre le XIe siècle et le XVIIe siècle. Les mobilités et les échanges touchant de près comme de loin de nombreux travaux en cours dans les diverses écoles doctorales, cette journée a pour double objectif de fédérer la réflexion de doctorants et d'apporter une contribution transdisciplinaire aux recherches élaborées dans diverses structures.

ARGUMENTAIRE

L'Association des Doctorants en Sciences de l’Homme et de la Société de Tours (ADSHS), en collaboration avec l'Université François Rabelais, l'École Doctorale SHS de Tours, le CESR et la MSH de Tours, propose, dans le cadre d'une première journée thématique, de réfléchir sur les enjeux historiographiques et épistémologiques des circulations et des échanges en Europe entre le XIe siècle et le XVIIe siècle.

Envisager les problématiques épistémologiques et historiographiques soulevées par les circulations et échanges matériels et immatériels en Europe au Moyen-Âge et à l’époque moderne implique de s’interroger sur la dimension mobile des sociétés européennes et sur leur aspect interconnecté. Ainsi, que l’on envisage l’Europe dans sa globalité (et dans la variabilité de sa délimitation) ou que l’on s’attache à des aires géographiques locales (États, régions, villes, etc.), les problématiques circulatoires jouent un rôle non négligeable dans les démarches d’écriture de l’histoire.

La journée d’étude a pour objectif de mettre en place une approche transdisciplinaire des savoirs. Il s’agit en effet de réfléchir aux caractéristiques des circulations et des échanges à partir de recherches issues de domaines variés. Une telle approche permet, d’une part, d’établir des passerelles entre les contenus de disciplines diverses, et, d’autre part, de réfléchir aux apports méthodologiques permis par chaque discipline pour réfléchir à une question qui dépasse les cadres disciplinaires. À terme, lajournée d'étude voudrait ouvrir une réflexion sur la construction historique et historiographique de l'Europe comme espace de circulation, dans le temps et dans l’espace, à partir d'une approche transversale de l’histoire et de son écriture.



Axes


La réflexion proposée lors de cette journée thématique s’articulera autour de trois axes majeurs.

Circulations, échanges et réseaux : définition et délimitation

Parler de « circulations » et d’ « échanges » implique inévitablement de questionner la notion de « réseau(x) ». Or la notion de « réseaux(x) » n’est pas univoque selon l’approche disciplinaire avec laquelle elle est étudiée. En quoi consiste une telle spécificité disciplinaire ? Quels outils méthodologiques peuvent-ils être mis en place pour analyser les réseaux ? Quels sont les apports dechaque discipline au sein de la définition d’un tel terme ? À travers quelles problématiques les réseaux en Europe peuvent-ils être étudiés ? Qu’est-ce qu'un réseau ? De quels éléments se composent-il ? Comment s'organise-t-il ? Un réseau est-il nécessairement volontaire, défini, institutionnalisé ? Quels
sont ses moyens de transport, ses voies de circulation ? Quels sont ses impacts politiques, administratifs, législatifs ? Sont-ils encouragés, favorisés ? De quelque nature que soient les réseaux étudiés, les communications pourront réfléchir à leur organisation, aux pôles qui les structurent, à leur hiérarchisation, aux flux qu’ils génèrent, à la façon dont l’historient peut rendre compte de leur existence et de leur impact dans leur contexte propre et dans l’histoire d’une manière plus générale.

Le premier axe d’étude a ainsi pour objectif de fournir des éléments de contextualisation méthodologique et historiographique aux enjeux soulevés par la journée thématique.

Circulations et échanges : d’exemples pluridisciplinaires à l’écriture d’une histoire transversale

La réflexion autour des termes de « circulation » et d’« échange » à l’échelle européenne, sur une période aussi large que celle qui va du XIe siècle au XVIIe siècle, prend racine dans un apport méthodologique pluridisciplinaire. Le deuxième axe d’étude s’attache à l’étude d’exemples de circulations et d’échanges. Il s’agit de réfléchir à la façon dont chaque discipline oeuvre à leur délimitation, circonscription, conceptualisation. Une fois les méthodologies diverses exposées et mises en place, il s’agira de les faire dialoguer afin de se demander dans quelle mesure une histoire
transversale de l’Europe peut être écrite.

Le deuxième axe de réflexion de la journée d’étude repose ainsi sur le passage d’exemples pluridisciplinaires à l’écriture d’une histoire transversale.

Circulation, transmission et mobilité : de l'histoire des échanges à l'échange en histoire

L’étude des circulations dans l’Europe des XIe-XIIe siècles implique de s’interroger sur la valeur et la pertinence de la notion d’« échange » dans l’analyse historique. Si la notion de « circulation » semble bien générer des « échanges » entre des pôles émetteurs et récepteurs (personnes, villes, etc.), écrire une histoire des circulations européennes requiert de rendre compte en même temps de la spécificité et de l’unité des échanges entre le XIe et le XVIIe siècle. Il s’agit alors de réfléchir à l’intérêt historiographique de la notion d’« échange » et à sa place éventuelle dans la compréhension des logiques de circulations tant dans le temps que dans l'espace. Quels sont les différences, les liens, les communautés de sens entre « échange » et « transmission », « échange » et « héritage », « échange » et « mobilité » ? Est-il possible de trouver, au-delà de la spécificité de tel ou tel « échange », un terme commun pour penser la circulation en Europe entre le XIe siècle et le XVIIe siècle ?

Le troisième axe d'étude s'intéresse aux conséquences induites par l'introduction de la notion d'échange dans l'analyse historique et aux termes avec lesquels il est possible et pertinent de penser la circulation ou le réseau en terme d'"échanges".



Modalité de soumission

Les propositions de communication (pour des présentations d’une vingtaine de minutes) doivent se faire en document attaché .doc ou .rtf.

Le document doit contenir un titre et un résumé de 2000 caractères maximum (espace non compris), accompagnés des coordonnées de l’auteur et d’une brève bibliographie. Il doit être envoyé à :
echangesetcirculations@gmail.com.

La date limite de soumission des résumés des communications est fixée au 19 mars 2014.

Le comité scientifique communiquera les réponses le 4 avril 2014.

La journée d'études aura lieu au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR) à Tours,
le 21 mai 2014.

Comité organisateur
• Solveig Bourocher (doctorante en histoire de l’art)
• Anne Boutet (doctorante en lettres modernes)
• Benoît Haug (doctorant en musicologie)
• Élise Gauthier (doctorante en lettres modernes)
• Jonas Kurscheidt (doctorant en lettres modernes)
• Romain Lossec (doctorant en philosophie)
• Hadrien Rozier (doctorant en histoire de l’art)
• Jerôme Salmon (doctorant en histoire)
• Naïs Virenque (doctorante en histoire de l’art)


Comité scientifique
• Solveig Bourocher (doctorante en histoire de l’art)
• Anne Boutet (doctorante en lettres modernes)
• Benoît Haug (doctorant en musicologie)
• Élise Gauthier (doctorante en lettres modernes)
• Jonas Kurscheidt (doctorant en lettres modernes)
• Romain Lossec (doctorant en philosophie)
• Hadrien Rozier (doctorant en histoire de l’art)
• Jerôme Salmon (doctorant en histoire)
• Naïs Virenque (doctorante en histoire de l’art)



CONTACTS
• Comité d’organisation : echangesetcirculations [at] gmail [dot] com
URLS DE RÉFÉRENCE

• ADSHS -Association des Doctorants en Sciences de l'Homme et de la Société de Tours
SOURCE DE L'INFORMATION

• Romain Lossec courriel : rlossec [at] gmail [dot] com
• Naïs Virenque courriel : nais [dot] virenque [at] etu [dot] univ-tours [dot] fr


POUR CITER CETTE ANNONCE
« Circulations et échanges en Europe (XIe -XVIIe siècles) », Appel à contribution, Calenda, Publié le
lundi 24 février 2014, http://calenda.org/277027

Repost 0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 18:04

Le CESCM organise depuis 1954 une session annuelle internationale francophone de formation, qui regroupe une quarantaine d’étudiants, doctorants et jeunes chercheurs, français et étrangers. Les conférences, les séances de travail autour des ressources documentaires, les excursions et visites au programme des stagiaires sont proposées par des spécialistes du Moyen Âge venus du monde entier.

 

Cette manifestation interdisciplinaire, unique en son genre, a contribué à construire et à renforcer, depuis une cinquantaine d’année, un solide réseau national et international dans le domaine de l’étude du Moyen Âge.

 

SEM(2013)

 

Programme :


Lundi 16 juin :

10h – Accueil des stagiaires, présentation du CESCM, visite des centres documentaires

14h – Visite de Notre-Dame-la-Grande et du Palais des Comtes, par Claude Andrault-Schmitt et Laurent Hablot

16h  – Conférence inaugurale de Frédéric Boutoulle (Université de Bordeaux/Ausonius) : Culture politique et mémoire paysanne au XIIIe s. Enjeux d’une révision historiographique


Mardi 17 juin

10h – Cécile Treffort (Université de Poitiers/CESCM) : La force des mots : poèmes épigraphiques et oraisons pour les lieux de vie monastique à l’époque carolingienne

14h  – Monique Goullet (CNRS Paris/LAMOP) : Pourquoi et comment éditer des légendiers ? Le cas du Légendier de Turin (Torino, BN, D.V.3, ca 790)

16h – Présentation des manuscrits de la Médiathèque par Éric Palazzo (Université de Poitiers/CESCM)

 

Mercredi 18 juin

10h – Johannes Bartuschat (Université de Zurich) : Les poètes médiévaux face aux arts figuratifs : quelques exemples italiens

16h – Table ronde animée par Janua

 

Jeudi 19 juin

10h – Gerardo Boto Varela (Université de Gérone) : Cathédrales de la couronne d’Aragon (950-1250). Pouvoir ecclésiastique, scénarios architecturaux et éloquence des images

14h – Alessandro Vitale Brovarone (Université de Turin) : Écrire le parlé : intersections entre tradition savante et expérience quotidienne

16h – Visites du Baptistère Saint-Jean et  de la Cathédrale Saint-Pierre, par Claude Andrault-Schmitt et Cécile Treffort


Vendredi 20 juin

10h – Platon Petridis (Université d’Athènes) : L’archéologie médiévale en Grèce. De l’histoire de l’art chrétien (XIXe s.) aux approches interdisciplinaires (XXIe s.)

14h – Présentation des fonds des Archives départementales

 

Dimanche 22 juin

          Excursion : Chinon-Fontevraud

Nicolas Prouteau, Daniel Prigent, Claude Andrault-Schmitt, Cécile Treffort et Marcello Angheben

 

Lundi 23 juin

14h – Jean-Jacques Vincensini (Université de Tours/CESR) : Soulever le voile d’Isis. Intelligibilité et beauté des récits du Moyen Âge

16h – Brahim Jadla (Université de Tunis) : Les manuels de chancellerie, un outil indispensable pour l’étude de la diplomatique musulmane


Mardi 24 juin

10h - Marcello Angheben (Université de Poitiers/CESCM) : La progressive assimilation de la Vierge à l’Enfant au prêtre officiant (Ve-XIIe s.)

14h – Barbara Haggh-Huglo (College Park, Maryland/CESCM) : La mise en musique d’un office propre : les exemples des offices de saint Hilaire et sainte Radegonde

16h – Claudio Galderisi (Université de Poitiers/CESCM) : L’invention du plurilinguisme poétique


Mercredi 25 juin

          Journée à Saint-Savin

10h - Claude Andrault-Schmitt (Université de Poitiers/CESCM) : L’abbaye de Grandmont et le mécénat des rois d’Angleterre

          L’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe

Histoire du site (C. Treffort) – L’étude des peintures (M. Angheben, C.  Sarrade) – La mise en valeur d’un site classé Unesco (X. Bouyer)

Visite du site (C. Andrault-Schmitt, C. Treffort, M. Angheben)

 

Jeudi 26 juin

10h – Jörg Peltzer (Université d’Heidelberg) : Le rang comme catégorie d’analyse des actions des grands au bas Moyen Age

14h – Bruno Boerner (Université de Rennes II Basse-Bretagne/HCA) : Les voiles de Carême et leurs images dans le contexte liturgique

16h – Bilan jeunes chercheurs

 

Vendredi 27 juin

10h – Conférence de clôture par Thomas Deswarte (Université d’Angers/CRHIO) : Polygraphisme et mixité graphique

Conclusions

_______________________________________________________________________________________________________

Inscription :

Admission sur dossier, date limite de candidature : 30 avril 2014

Les candidatures peuvent être envoyées dès à présent au moyen du formulaire de candidature

Pour consulter les modalités pratiques

 


Repost 0
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 22:41
16-24 Septembre 2014
Minorque
Organisateur local : Susanna ALLÉS TORRENT (CSIC-IMF, Barcelone). 
Programmation scientifique : Bruno BON (CNRS-IRHT, France), Krzysztof NOWAK (IJP-PAN, Pologne). 
Intervenants pressentis : Renaud ALEXANDRE (France), Maciej EDER (Pologne), Alain GUERREAU (France), Nicolas PERREAUX (France), Bénédicte PINCEMIN (France). 
Le « Working Group 3 » (Dictionnaires et textes) du projet COST « Medioevo Europeo » (http://www.medioevoeuropeo.org) organise une école d’été de six jours d’initiation à la création et à l’utilisation de bases de données textuelles à des fins historiques et linguistiques. 
Cette école d’été est destinée à tous les étudiants et les chercheurs qui travaillent sur des données textuelles médiévales, et qui ont une maîtrise (limitée) des outils informatiques. Il s’agira de montrer, en théorie et en pratique, comment réunir, mettre en forme et exploiter des textes anciens numérisés. Après la prise en main de l’environnement Linux (jour 1) et la création d’un corpus textuel annoté (jour 2), deux journées seront consacrées à l’analyse approfondie des corpus textuels (jours 3 et 4), avant une journée dédiée aux outils d’analyse statistique (jour 5), et la dernière aux problématiques liées à l’interface entre corpus et lexicographie (jour 6). 
L’articulation de séances théoriques et pratiques suppose que les participants soient munis d’ordinateurs personnels (avec les droits d’administration), disposant d’au moins 20Go d’espace libre et de fichiers de textes latins ou romans numérisés ; si la majorité des cours seront donnés en français, le support technique sera multilingue (allemand, anglais, castillan, catalan, français, italien, polonais). 
Inscriptions : Le nombre de participants – ressortissants de l’un des trente-six pays affiliés à COST (http://www.cost.eu/about_cost/cost_countries) – est limité à 20 personnes, dont la sélection se fera sur dossier. Les personnes intéressées sont priées de s’inscrire auprès de Susanna Allés Torrent (susannalles@imf.csic.es – objet du message : « Inscription Training School ») avant le 31 mars 2014, en envoyant une demande motivée accompagnée d’un CV. Les cours seront gratuits, mais le transport et l’hébergement restent à la charge des participants (possibilité d’hébergement sur le lieu d’enseignement à 40 € la nuit). Dans le cadre du financement européen de COST, une dizaine de participants sont éligibles à une bourse d’environ 600 €. 
Source de l'information : http://www.glossaria.eu/minorque
Repost 0