Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bureau de Janua

Pour l'année 2015/2016 :


Présidente : Mélanie RIVEAULT

Secrétaire : Sarah CASANO

Secrétaire adjoint : Alexandre NOGUERA

Trésorière : Caroline LAMBERT

 

Recherche

Contactez-nous !

Inscrivez-vous à notre Newsletter pour être tenu au courant des dernières infos.

Avis

association.janua@gmail.com

Envie de publier des articles, photos, etc. sur notre blog? N'hésitez pas à nous les envoyer, nous les mettrons en ligne avec grand plaisir! 

 

6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 14:59

LES INSTRUMENTS DE POUVOIR

 

Date de la rencontre : Jeudi 7 avril 2016

 

Lieu de la rencontre : CESCM, Salle Crozet (24, rue de de la Chaîne, 86000 Poitiers)

 

Durée des communications : 20 à 30 minutes

 

Janua, association des étudiants en Masters et doctorants de l’Université de Poitiers, des spécialités antique et médiévale rattachés respectivement aux laboratoires HeRMA et CESCM, organise le 7 avril prochain une journée d’étude consacrée aux jeunes chercheurs (étudiants en Master Recherche, doctorants, docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans). À cette occasion, ces derniers, spécialisés dans l’étude des civilisations antique et médiévale, auront l'opportunité de présenter leurs travaux. Pour ce faire, ils devront s’attacher à respecter la thématique de l’édition 2016, étant d’aspect interdisciplinaire et méthodologique pour laisser place au dialogue. Le thème choisi est celui des instruments de pouvoir.

 

         Le pouvoir. On le définira tantôt par les « capacité, autorité, puissance, moyen d'action que détient une personne sur quelqu'un ou sur quelque chose », par la « situation de ceux qui gouvernent », par la « puissance qui gouverne un groupe d'individus » ou encore par l’ « autorité à laquelle est soumis un groupe social ». Multiples sont donc ses définitions. Le pouvoir est résolument subjectif : il peut être décliné sous différentes formes et être exercé par différents acteurs. Mais il est aussi universel. Entendu au sens large, il est une autorité qui s’applique à toute échelle – laïque, mais également religieuse. Ceci devrait permettre une diversité dans les communications amenant à des échanges et réflexions fructueux.

         Pourquoi se focaliser sur les instruments de pouvoirs ? Ils sont les témoins d'un pouvoir passé. C'est à travers eux que nous pouvons, en tant que chercheurs, tenter de comprendre les autorités du passé. De plus, ces outils touchent toutes les disciplines et toutes les périodes de l'histoire. Ils sont fédérateurs. Ils peuvent revêtir de multiples formes : du plus monumental (châteaux forts, cathédrales, murailles), au plus minimaliste (pièces de monnaies, anneaux, sceaux) ; du plus singulier (peintures, sculptures, vitraux) au plus ordinaire (épées, crosses, pierres tombales). Cette multiplicité de formes qu’incarnent les instruments de pouvoir offre un large éventail de possibilités de propositions de communication, touchant tous les domaines d’étude.

 

         Nous proposons de nous interroger sur ces objets en tant qu'acteurs de l'installation, mais également du maintien, et, parfois, du renforcement d'une autorité. Nous nous intéresserons à leur nature, leurs utilisations, leurs enjeux et leurs impacts. À partir de ces instruments, nous nous interrogerons sur la façon dont était représenté, exprimé ou exercé le pouvoir. Pour un intérêt plus méthodologique, nous nous intéresserons également à la manière, dont aujourd'hui, nous pouvons, en tant que chercheurs, percevoir et comprendre ces outils du pouvoir. Comment pouvons nous les étudier et les critiquer ? Pour ensuite s’attacher à ce que ces instruments nous apprennent sur l’exercice du pouvoir dans les sociétés antique et médiévale et, finalement, sur les détenteurs mêmes du pouvoir. La multiplicité des pouvoirs pourra également être étudiée. On s’intéressera aux divergences et similitudes entre les différents modes d’exercice de pouvoir, à leurs échanges mais aussi à leur imperméabilité, leur limite et leur expansion.

 

         En fonction de leur discipline et de leurs thématiques de recherche, les intervenants sont invités à exposer leurs conceptions et usages des instruments de pouvoir. Ils auront, en outre, l’opportunité d’échanger avec des chercheurs issus d’autres spécialités, afin que chacun puisse enrichir ses réflexions méthodologiques et développer ses connaissances.

 

         Tout jeune chercheur spécialisé dans l’étude des civilisations antique et médiévale peut faire une proposition de communication. Les contributions réalisées lors de cette journée ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua (http://annalesdejanua.edel.univ-poitiers.fr/). Les propositions de communication peuvent être rédigées en français ou anglais et sont à envoyer à l’adresse association.janua@gmail.com sous la forme d’un résumé/abstract d’environ 250 mots avant le vendredi 5 février 2016 (inclus) ; elles doivent être accompagnées d’un curriculum vitae.

 

 

Comité scientifique :

Martin Aurell (Professeur d'Histoire médiévale)

Nadine Dieudonné-Glad (Professeure d’Archéologie antique)

Laurent Hablot (Maître de conférence en Histoire médiévale)

Estelle Ingrand-Varenne (Ingénieure d'études au CNRS, Histoire médiévale)

Yves Lafond (Professeur d’Histoire grecque)

Vincent Michel (Maître de conférences en Histoire de l'art et Archéologie antique)

Nicolas Prouteau (Maître de conférences en Archéologie médiévale)

Ghislaine Stouder (Maître de conférence en Histoire romaine)

Repost 0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 13:36

L’équipe d’IconoRéseau (MSH Val-de-Loire) travaille à l’élaboration d’ « outils (démarches et logiciels) permettant de réaliser des iconothèques relationnelles dans le cadre de recherches en lettres et sciences humaines ».


Ses membres organisent le 6 novembre (2013), à Nantes, une journée d’étude sur le sujet. Au programme :


- Cécile Boulaire, Les usages de la photo en SHS, synthèse du questionnaire


- Stéphane Loret, De l’image à l’outil documentaire : réflexions autour de l’image comme donnée de recherche en LSHS


- Romeo Carabelli, Retour sur une expérience réelle : la gestion des images dans un projet de géographie urbaine


- Gilles Kagan, Photo numérique : nommage, description, indexation des fichiers


- Richard Walter, Trucs & astuces pour le stockage & archivage des photos numériques


- Table ronde: Les besoins et les perspectives

 


Détails et inscription sur leur carnet hypothèses. Des volontaires pour du co-voiturage ?

 

Repost 0
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 19:50

Programme v3 BDProgramme v3 BD2

Nous sommes heureux de vous présenter la programmation pour la journée jeunes-cherchers 2013. Pour compléter le cycle méthodologique des dernières journées où nous avons discuté des sujets de l'historiographie et de la datation, nous aborderons cette année la grande question du corpus !

 

Ce sera aussi l'ocasion du lancement de la revue en ligne les Annales de Janua consacrée à la publication des actes de cette journée. 

 

Nous vous attendons comme à l'habitude en grand nombre.

 

Janua

Repost 0
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 08:43

HeRMA consacrera le jeudi 1er décembre à une personnalité poitevine atypique : M. Sedatius Severianus.

La rencontre commencera, au Musée Sainte-Croix, par l'examen de l'inscription dont l'éminent Charles Petri avait affirmé qu'elle était "susceptible de modifier fondamentalement notre conception du rôle de la Gaule de l'Ouest dans l'Empire romain". Le commentaire sera assuré sur place, à 14h, par Jean Hiernard. Puis, après un transfert dans l'auditorium du musée, le débat sera poursuivi par deux communications :

- François Chausson (Paris I), « M. Sedatius Severianus : un contexte familial ».

- Nicolas Tran (Poitiers), « M. Sedatius Severianus : un Picton à Ostie ». 

 

 Cette après-midi d'étude est ouverte à tous les (étudiants) intéressés (antiquisants ou non, épigraphistes ou non...). La séance devrait être levée à 17 h.


Contact: Nicolas Tran.

 


Repost 0
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 14:11

Mieux vaut tard que jamais, voici l'annonce de deux journées d'études organisées par l'association des Jeunes chercheurs médiévistes de l'Université de Genève les 13 et 14 mai prochains.

 

Voici leur paragraphe introductif :

Princier, impérial, papal, local, sacré, mais aussi public et privé, le pouvoir au Moyen Âge
est pluriel. L’autorité est partagée et détenue par différents types de pouvoirs qui s’exercent,
non sans une certaine «perméabilité», dans les milieux politique, artistique, laïc et religieux.
Les modèles de pouvoir se transmettent d’un domaine à l’autre, d’un individu à l’autre et les
rapports de domination et de soumission, qui régissent la société médiévale, ne sont pas figés.

 
Ces journées d’études sont l’occasion de faire dialoguer des spécialistes de différentes disciplines telles que l’histoire, l’histoire de l’art, le droit et la littérature sur l’aspect dynamique de la thématique, en particulier sur les deux moments décisifs, les deux étapes fondamentales et hautement symboliques que constituent la prise et la perte de pouvoir.

 

Le comité scientifique est composé des professeurs Yasmina Foehr-Janssens et Franco Morenzoni

 

Notre blog ne nous permettant toujours pas de joindre des fichiers, voici la copie du programme :

 

 

Vendredi 13 mai

Uni Bastions, salle B11

 

13h15 Introduction


13h30

Du domaine royal au comté immédiat: Neuchâtel et sa région au XIe siècle

Grégoire Oguey (Université de Neuchâtel)
Le retour de Jean IV dans son duché de Bretagne (1378-1385), procédures et enjeux d’une reprise du pouvoir
David Dominé-Cohn (EHESS)
Le destin du pays. Gain et perte d’indépendance des communautés rurales de la Confédération Suisse au Bas Moyen Âge
Heinrich Speich (Université de Fribourg)


15h Pause


15h30

Le rôle du voyage politique lors de l’avènement du roi de France au XVe siècle (1380-1514)
Léonard Dauphant (Fondation Thiers (CNRS)
Prises et pertes de pouvoir d’une reine à la fin du Moyen Âge: le cas de Jeanne Ière d’Anjou (1343-1382)
Sarah Vandamme (Université Lille-3)


16h40 Pause


17h

Entre légitimation du pouvoir et déclin politique des Francs en Terre sainte, la littérature historique dans les États latins d’Orient, 1250-1291
Émilie Maraszak (Université de Bourgogne)
L’histoire de Tertulle le Forestier – la prise du pouvoir imaginée

Karol Szejgiec (Université Marie Curie-Sklodowska, Lublin)


18h10 Fin

 

Samedi 14 mai

Uni Bastions, salle B11 Uni Bastions, salle B11

 

9h15

Guillaume et le pouvoir royal : de l’ambiguïté d’être un vassal consciencieux lorsque le roi n’est pas à la hauteur de ses fonctions

Sonia Marteau (Université d’Orléans)
Le pouvoir de la négociation et du négociateur : les relations diplomatiques du duché de Milan entre le Concile de Bâle et Eugène IV
Aureliano Martini (Université de Fribourg)
Le droit au secours du prince dans la gestion du pouvoir en France

Ralph Evêque (Université Paris X-Nanterre)


10h45 Pause


11h15

Les portraits d’enfance de Philippe le Beau : l’iconographie princière face aux défis politiques
Olga Karaskova (Université Lille-3)
L’image du pouvoir en temps de crise. L’exemple des stalles de la collégiale de Montréal (Yonne, Bourgogne) à la charnière entre Moyen Âge et Renaissance
Welleda Müller (Université de Bourgogne/Princeton University)
L’obj et «instituant». Réflexions sur le rôle du vêtement dans les rituels d’ordination et de dégradation des clercs médiévaux
Nadège Bavoux (Université de Grenoble)


12h45 Clôture des journées

Repost 0
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 14:29

La recherche en sciences humaines se fonde souvent sur l'établissement et l'analyse d'un corpus (de textes, de thèmes iconographiques, de types de monuments ou d'objets, de sites archéologiques...). Cependant, de la définition des critères de sélection du corpus en question à la rédaction d’une synthèse, les choix sont nombreux et déterminants dans la constitution du discours scientifique.

L'agence nationale de la recherche (ANR) subventionne depuis les années 2006-2007 plus d'une soixantaine de projets de recherche en sciences humaines « impliquant la constitution, l'enrichissement, la valorisation, la documentation de corpus, ou permettant l'amélioration des outils et des procédures d'analyse nécessaires à l'exploitation scientifique de corpus ou d'ensembles de données ». Ce faisant, ce programme de financement a pour finalité de « soutenir le développement des nouveaux outils et modes de travail des chercheurs en sciences humaines et sociales dans un souci de libre accès, de partage et de pérennité des données. Il concerne tous les types de sources (textes, données statistiques, documents sonores, multimédia, images, films, photographies...) ». Pour tirer un premier bilan des résultats obtenus, deux jours de séminaire sont organisées uniquement sur les thématiques portant sur l'archéologie, l'histoire et la linguistique (Antiquité, Moyen Âge, époque moderne). Le CESCM y sera présent avec une communication de Claudio Galderisi (Professeur de littérature médiévale) et Vladimir Agrigoroaei (Ingénieur d'étude) sur le projet Transmedie. Il s'agit plus généralement d'une belle occasion d'aller à Paris de réfléchir sur les apports et limites des corpus, en ouvrant les perspectives sur plusieurs disciplines et chronologies.

 

Jeudi 19 et vendredi 20 mai 2011 (c'est bientôt)
Université Paris Ouest Nanterre La Défense (RER A, arrêt Nanterre-Université)
Amphi S2, bâtiment S

 

Deeeemandez l'program'!

 

Repost 0
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 00:15

Multilingue, numérique et d’une périodicité annuelle, Porticum, est un espace de publication pour les jeunes chercheurs désireux de faire connaître leur travaux. Le premier numéro est en ligne autour du titre In itinerere devotionis : Art i pelegrinatge a l'Edat Mitjana. On trouve également sur le site un blog, un agenda... On y apprend notamment la tenue d’une journée d’étude le 15 avril à Toulouse autour d’un autre titre : Entre échanges et régionalismes : Les transferts artistiques dans la sculpture romane méridionale. En voici le texte du programme officiel :


La notion de transfert culturel implique un mouvement d’objets, personnes, populations, mots, idées, concepts... entre deux espaces culturels (États, nations, groupes ethniques, espaces linguistiques, aires culturelles et religieuses). Michel Espagne et Michael Werner (1988).

Dans l’Europe médiévale, artistes et oeuvres sont mobiles. Ces itinérances et échanges intéressent depuis longtemps les historiens de l’art qui les interrogent à la lumière de leur histoire culturelle, « dans le rapport qu’elles entretiennent avec leurs milieux d’accueil ou d’émission »[1].

À ce titre, l’importance accordée à l’étude occurrente des artistes, œuvres et modèles autorise à envisager « la manière dont ces déplacements peuvent reconfigurer les milieux artistiques qui les accueillent ou ceux dont ils proviennent »[2].Loin d'être un phénomène passif, le transfert culturel contribue à la création d'une production inédite.

 

Cette journée d'étude s'inscrit dans le cadre du programme « Savoir-faire, productions et échanges » de l’équipe Terrae de TRACES (UMR 5608), et rejoint les préoccupations des ateliers « Convergences transpyrénéennes » et « sculptures » de l’équipe « Arts, Sociétés, Patrimoine » du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

« Les travaux de Marcel Durliat sur la période romane ont intimement lié l'université de Toulouse aux recherches artistiques concernant  la péninsule ibérique ». Nous souhaitons donc interroger, à partir de la théorie des transferts culturels, la dynamique des échanges interculturels entre France et Espagne. Le but du présent séminaire sera d’étudier et d’analyser les processus de transferts de ces productions artistiques et matérielles de leur lieu d’origine vers un nouvel environnement. 

 

Programme provisoire :

- Manuel Castiñeiras (professeur, Université Autonome de Barcelone): Conques, Toulouse et les chantiers de Compostelle: une vieille question revisitée à partir des voyages de Diego Gelmírez

- Imma Lorès (professeure, Université de Lleida) : Autour des "transferts" de la sculpture romane toulousaine et languedocienne en Catalogne

- Charlotte de Charrette (doctorante, Université de Bordeaux 3) : Échanges artistiques entre deux sculpteurs romans : l’exemple de San Miguel de Biota (Aragon)

- Julia Perratore (doctorante, Université de Pennsylvanie) : Un portail comme un seuil d’échange : Santa María de Uncastillo et la transmission de l’art roman français en Espagne

 

                                                                     Bibliothèque d’Etudes Méridionales

56 rue du Taur

31000 Toulouse

(métro : ligne A arrêt Capitole ; ligne B arrêt Jeanne d’Arc).

 

 

                               Contact : Maritchu ETCHEVERRY

 coordinatrice du séminaire

TRACES-Terrae, Université de Toulouse II le Mirail

maritchuetcheverry@yahoo.fr



[1] Jean-Marie Gillouët, Les transferts artistiques : une notion opératoire pour l’histoire de l’art médiéval ?, Histoire de l’art, n° 64, avril 2009, p. 17-25.

[2] Ibid.

Repost 0
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 09:47

Vous vous interrogez sur les conséquences de l'autonomie des universités ? Notre ministère de tutelle vous adresse une brochure très pédagogique pour vous expliquer tous les bénéfices (le mot est bien spécifié dans le titre) de la réforme. Le fascicule est disponible en plusieurs exemplaires dans le hall du CESCM.

 

Par ailleurs et sans lien avec ce qui précède, le CESCM et le GERHICO-CERHILIM organisent le 23 mars prochain une journée d'étude autour du titre : Universitaires et étudiants du Moyen Âge à nos jours - Les circulations européennes. Le programme est à suivre via l'affichage.

 

Repost 0
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 14:40

Les Ecoles doctorales sciences humaines économiques et sociales de l'université de Poitiers et l'Espace Mendès France invitent mardi 9 novembre François Hartog, Directeur d'études EHESS et spécialiste de l' historiographie ancienne et moderne. Sa conférence (18h30 - Espace Mendès France) portera sur la Situation de l'histoire aujourd'hui.

 

On ne pouvait rêver mieux comme introduction à notre journée d'étude (qui se dédoulera bien le 25 novembre, comme prévu) !


Dans les mêmes thématiques - et sans volonté particulière de faire encore de la publicité pour France Culture - signalons la parution d'un recueil rassemblant les réponses de 50 historiens à la question posée chaque vendredi de l'année dernière dans La fabrique de l'histoire : A quoi sert l'histoire aujourd'hui?. Plus d'aléchants détails ici !

Repost 0
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 10:57

Le Gahom (Groupe d'anthropologie historique de l'occident médiéval) organise une journée d’étude sur formes dialoguées dans le cadre de la littérature exemplaire. L’équipe de recherche sur les exempla médiévaux souhaite poursuivre, lors de cette manifestation, la réflexion qu’elle avait développée l’année dernière à l’occasion d’un colloque tenu sur la même thématique.

 

Cette seconde édition se déroulera les 21 et 22 juin 2010 à Paris, dans les bâtiments de l’INHA.

 

http://actualites.ehess.fr/nouvelle3717.html

 


Repost 0